mercredi 12 avril 2017

Transférés de Kate Blair




Éditeur : Michel Lafon
Date de parution : 13 Avril 2017
Nombre de pages : 262
Prix : 16,95€





Résumé : Dans un futur proche, l'humanité a trouvé le moyen de soigner toutes les maladies : les transférer aux criminels, dont la quasi-totalité vient des ghettos, maintenus au ban d'une société qui touche à la perfection.
C'est dans ce monde qu'est née Talia Hale. A seize ans, elle est la fille chérie d'un politique qui se voit déjà Premier Ministre d'Angleterre. Atteinte d'un simple rhume, au plus grand dégoût de son entourage, elle doit subir son premier Transfert. Mais à l'hôpital, Talia sauve une fillette d'une agression, et cette petite fille des ghettos lui fait découvrir l'envers du décor et l'horreur d'un système où seuls les plus riches ont le droit à la santé. Pour changer une société où la frontière entre bien et mal est plus floue que jamais, Talia devra briser le cocon doré dans lequel elle a grandi et combattre tout ce en quoi elle a toujours cru...y compris son propre père. 





Mon avis : 




J'ai entendu parlé de ce roman pour la première fois lors du Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil de cette année et j'avais tout de suite eu envie de le lire. C'est désormais chose faite et je n'ai pas été déçue. 

Ce roman propose un univers dans un monde qui pourrait être le notre où être malade est un crime. La société étant régie par les riches, toute personne tombant malade doit effectuer un Transfert sur un criminel. 

De plus, au moment où débute l'intrigue, on retrouve une Londres en pleine effervescence à cause des élections en marche et de nouvelles lois sur le point d'être votées, notamment sur la suppression des Transferts. 

J'ai eu beaucoup de mal avec Talia, l'héroïne, dès les premiers chapitres. Je l'ai trouvée énervante mais surtout trop endoctrinée sur tout ce qui concerne la question des Transferts et de la criminalité. Mais suite au "sauvetage" d'une fillette, elle va finir par se rebeller contre le système mais surtout contre son père, qui a perdu de vue ses véritables objectifs. 

Talia est donc d'une stupidité et d'une crédulité alarmantes et m'a constamment donné envie de lui mettre des baffes et la remettre à sa place, mais sa rencontre avec Tig (la fillette) et Galien va changer pas mal de choses. 

Talia découvre que beaucoup de choses sont cachées au peuple depuis des années. Mais cela n'empêche en rien qu'elle ai des idées reçues concernant beaucoup de choses qu'elle ne connait et ne maitrise pas ; tout cela à cause du double meurtre de sa mère et de sa soeur lorsqu'elle était petite. 

De leur côté Malcolm, Piers et Allison sont au premier abord des personnages détestables et prêts à tout pour gagner l'élection. Mais on découvrira bien assez vite que rien n'est tout blanc ou tout noir dans ce roman. 

Ce roman est centré sur les notions de justice et de vengeance, qui sont deux notions très proches l'une de l'autre, et à la fois opposées, bien que la séparation entre les deux ne soit pas toujours très claire. 

Tranférés est un très bon oneshot au rythme haletant et dont on apprend à apprécier les personnages au fil des pages. La fin étant très ouverte, je me demande quand même s'il va y avoir une suite car ce serait dommage que cette histoire soit aussi courte étant donné le bon potentiel de l'intrigue. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire