dimanche 13 août 2017

Premières Lignes #5





C'est sur le blog Les pages qui chuchotent que j'ai découvert ce rendez-vous créé par Ma Lecturothèque, et j'en ai trouvé le principe intéressant. Après tout, quand je vais en librairie pour acheter un nouveau livre, je regarde toujours la couverture et la quatrième de couverture. Mais il m'arrive aussi de lire les premières lignes voire les deux premières pages pour voir si le style de l'auteur me plait. J'ai donc décider de partager avec vous, chaque semaine, les premières lignes des romans qui m'ont plu ou même de mes lectures en cours en fonction de mon envie du moment. 







Résumé : Elyse, promise à une belle carrière de chanteuse, doit partir en tournée avec sa sœur jumelle. Mais elle perd sa voix suite à un accident en mer. Du jour au lendemain, sa joie de vivre et ses rêves s'envolent...
Elle se réfugie chez sa tante, à Atargatis Cove, une petite ville portuaire. Là-bas, elle s'isole, passant ses journées à écrire des poèmes sur le flanc d'un bateau échoué. Mais le navire n'est pas aussi abandonné qu'elle le croit : elle est bientôt surprise par Christian, le fils du propriétaire. Ce dernier ne semble pas indifférent à son charme, mais il a tout du bad-boy à fuir...


Premières lignes : 
Le début et la fin

Dans quelques instants, je vais mourir.
Pas de panique ; je m'y attendais. L'océan est fier, après tout, et la Mort n'a qu'une parole. 
Granna a toujours pensé que les sœurs d'Abreau étaient immortelles, bien que sa belle-fille soit morte en accouchant de la plus jeune (autrement dit, moi). Elle disait que pour six corps nous n'avions que cinq âmes. Parce que les jumelles sont un cas à part ; une seule âme partagée entre deux corps. 
Natalie et moi - les jumelles, les petites dernières - étions donc bénies. Bénies par tous ceux qui nous aimaient. Bénies par les dieux et les déesses, par les traditions et les légendes de Trinité et Tobago, nos îles perdues en mer. 
Nous partagions un lieu indéfectible et, dès la première fois où nous avions chanté ensemble dans notre baignoire, à l'âge de trois ans, nous avions harmonisé instinctivement nos voix. Nous étions des étoiles, nous assurait Granna. Descendues du ciel pour faire de la musique et la partager avec le monde.
Deux corps, quatre poumons, une âme.
Le début et la fin. Un tout.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire