mercredi 14 juin 2017

Là où tu iras j'irai de Marie Vareille




Éditeur : Mazarine
Date de parution : 15 Mars 2017
Nombre de pages : 358
Prix : 17,90€




Résumé : Isabelle a 32 ans, un chihuahua nain prénommé Woody-Allen et une carrière d'actrice comparable à celle du Titanic : prometteuse en théorie, catastrophique en pratique. 
Le jour où elle refuse la demande en mariage de l'homme qu'elle aime, sous prétexte qu'elle ne veut pas d'enfant, elle se retrouve à la rue, avec pour toute fortune vint-quatre euros sur son compte en banque. Elle est alors forcée d'accepter le seul travail qu'on lui propose : utiliser ses talents de comédienne pour séduire Jan Kozlowski, un jeune veuf sur le point de se remarier. 
La voilà donc partie en Italie, dans la maison de vacances de la richissime et déjantée famille Kozlowski. Seule ombre aux deux semaines de dolce vita qui se profilent : pour exécuter sa mission "séduction", Isabelle devra jouer le rôle de l'irréprochable nanny anglaise de Nicolas, 8 ans, qui n'a pas prononcé un seul mot depuis la mort de sa mère cinq ans plus tôt. Isabelle est bien loin d'imaginer à quel point cette rencontre improbable avec ce petit garçon blessé par la vie va bouleverser sa vision du monde.




Mon avis : 



C'est le sourire aux lèvres que je commence à écrire cette chronique car ce roman ne peut que laisser de très bonne humeur après lecture. J'avais découvert la plume de l'auteure avec Elia, la passeuse d'âmes que j'avais tout simplement adoré. Et, je voulais découvrir la plume de Marie Vareille dans un autre genre littéraire car je savais qu'elle avait écrit d'autres romans en chick-lit. 

Là où tu iras j'irai, c'est l'histoire d'Isabelle, une trentenaire immature et un peu à côté de la plaque qui va peu à peu s'épanouir aux côtés de la famille Kozlowski-Valentini. Alors, autant dire que j'ai eu un peu de mal avec l'héroïne au début car son immaturité m'énervait. Mais on finit par s'y faire et, surtout, par s'attacher à cette héroïne qui "ne sait pas ce qu'elle veut faire quand elle sera plus grande". 

Ce roman est aussi l'histoire de la fratrie Kozlowski-Valentini qui comprend Adriana, Zoé et Nicolas, dont la mère s'est suicidée quelques années plus tôt : autant vous dire qu'Isabelle aura du fil à retordre avec ses trois-là. Mais mon coup de coeur va pour Nicolas, petit garçon très touchant qui a cessé de parler à la mort de sa mère, qui aura la plus belle évolution dans ce roman. 

Et que dire des autres personnages secondaires si ce n'est qu'ils sont tous géniaux, chacun ayant une personnalité bien à lui. On rencontre Amina et Alex, les meilleurs amis d'Isabelle ; mais aussi Valentina Valentini, la grand-mère des enfants et Jan Kozlowski, leur père. Ainsi que Colombe et Tony, et même Quentin. Un joyeux cocktail de personnages aux personnalités très fortes et diverses. 

Ce roman regorge d'un humour ravageur et d'expressions hilarantes. Je me suis parfois demandée où l'auteure allait les dénicher tellement elles m'ont fait rire. Et, rien que pour ça, je vous conseille de lire ce livre ! 

Mais, en dehors de son côté très rafraîchissant et sa couche d'humour, Là où tu iras j'irai traite aussi le sujet du deuil et c'est là que les choses deviennent encore plus intéressantes. Et, on verra surtout un rapprochement entre Isabelle et Nicolas, qui semblent mieux se comprendre que n'importe qui d'autre. C'est la plus belle relation que j'ai pris plaisir à suivre dans ce roman. 

Enfin, c'est un roman qui n'a pas fini d'étonner car il se passe beaucoup de choses incroyables, sans compter sur les retournements de situation rocambolesques auxquels ont droits les personnages (et nous avec eux !). Et un joli final qui laisse avec le sourire aux lèvres. 

Là où tu iras j'irai a été une excellente lecture ! Je dirais que c'est une lecture estivale parfaite avec tout ce qu'il faut d'humour et de personnages pétillants. C'est une excellente comédie romantique et je suis juste très triste de devoir quitter les personnages, qui sont tous très attachants à leur façon. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire