mercredi 27 juillet 2016

Une bouche sans personne de Gilles Marchand






Editeur : Aux Forges de Vulcain
Date de parution : 25 Août 2016
Nombre de pages : 260
Prix : 17€



Résumé : Un comptable se réfugie la journée dans ses chiffres et la nuit dans un bar où il retrouve depuis dix ans les même amis. le visage protégé par une écharpe, on ne sait rien de son passé. Pourtant, un soir, il est obligé de se dévoiler. Tous découvrent qu'il a été défiguré. Par qui, par quoi ? Il commence à raconter son histoire à ses amis et à quelques habitués présents ce soir-là. Il recommence le soir suivant. Et le soir d'après. Et encore. Chaque fois, les clients du café sont plus nombreux et écoutent son histoire comme s'ils assistaient à un véritable spectacle. Et, lui qui s'accrochait à ses habitudes pour mieux s'oublier, voit ses certitudes se fissurer et son quotidien se dérégler. Il jette un nouveau regard sur sa vie professionnelle et la vie de son immeuble qui semblent tout droit sortis de l'esprit fantasque de ce grand-père qui l'avait jusque-là si bien protégé du traumatisme de son enfance. 






Mon avis : 




Lorsque j'ai lu le résumé de ce livre, j'ai tout de suite eu envie d'en savoir plus. Il faut dire que celui-ci met l'eau à la bouche. L'histoire qui nous est racontée n'en est pas moins intéressante et bien menée.

Une bouche sans personne est l'histoire "d'un poème et d'une cicatrice", comme nous le dit très bien le narrateur. C'est l'histoire d'un pan de notre Histoire, mais surtout celle d'un homme ordinaire qui a décidé de s'enfermer dans un quotidien monotone et chronométré dans le but d'échapper à son passé, de l'oublier. 


Un soir, alors que notre narrateur bois un café dans son bar habituel, il renverse du café sur l'écharpe qui lui couvre le visage et tout le monde découvre qu'il est défiguré. A partir de ce moment, sa routine est chamboulée et il décide de raconte des bouts de sa vie à ses amis. 


Cependant, des clients occasionnels commencent à venir et, sans doute par un système de bouche à oreille, toujours plus de personnes sont présentes tous les jours pour écouter le narrateur raconter des morceaux de sa vie avec son grand-père, souvent racontés de manière un peu fantaisiste. On se rend très vite compte que le narrateur cache un lourd passé sous des anecdotes amusantes. 


Mais c'est à ses amis Lisa, Sam et Thomas qu'il racontera son histoire et qu'on découvrira l'horreur de ce qu'il a vécu dans son enfance. J'avoue avoir eu du mal à terminé ce roman. Il est très bien écrit mais les derniers chapitres sont assez durs.


En effet, le narrateur se dévoile peu à peu : il commence par des anecdotes pour finir par raconte son histoire dans son intégrité. Mais étant donné que tout cela se passe le soir, nous avons aussi un compte rendu de sa journée étape par étapes et ce sont toujours les mêmes.


Ainsi, la monotonie dans laquelle vie le narrateur est palpable. Chaque chapitre est une nouvelle journée où on peut voir que certaines choses changent peu à peu mais le narrateur reste toujours à la même place et ne change aucune de ses habitudes. La vie semble lui glisser dessus et il ne vit donc qu'à moitié jusqu'au jour où il commence à se dévoiler.


La magie de ce roman n'aurait pas opérer sans la plume de l'auteure à fois simple et poétique. Il réussi vraiment très bien à nous montrer la monotonie du quotidien du narrateur tout en maintenant l'envie d'en savoir plus à son sujet. 


J'ai aussi beaucoup aimé le fait que ce roman commence et se termine par un "Chapitre 0" qui donne une impression de boucle bouclée, de parenthèse dans la vie rangée du narrateur.


En conclusion, Une bouche sans personne est un récit qui m'a prise aux tripes et que je recommande grandement. Je trouve le titre très bien trouvé et il prend tout son sens qu'à la fin du roman (raison de plus pour le lire !).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire