lundi 31 août 2015

Nos faces cachées d'Amy Harmon








Editeur : Collection R
Date de parution : 2 Novembre 2015
Nombre de pages : 450
Prix : 17,90€




Résumé : Ambrose Young est beau comme un dieu. Le genre de physique que l’on retrouve en couverture des romances. Et Fern Taylor en connaît un rayon, elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu’il est si beau, Ambrose demeure inaccessible pour une fille comme elle. Jusqu’à ce qu’il cesse de l’être…
Nos faces cachées est l’histoire de cinq amis qui partent à la guerre.
L’histoire d’amour d’une jeune fille pour un garçon brisé, d’un guerrier pour une fille ordinaire.
L’histoire d’une amitié profonde, d’un héroïsme du quotidien bouleversant.
Un conte moderne qui vous rapellera qu’il existe un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous…






Mon avis :




Nos faces cachées est un livre dont j’ai beaucoup entendu parler avant sa publication et que j’avais acheté dès sa sortie. J’ai profité des vacances pour le sortir enfin de ma PAL (pile à lire).

L’intrigue se passe en 2001 en Amérique durant les attentats des deux tours jumelles. Fern Taylor est follement amoureuse d’Ambrose Young, le meilleur lutteur de la région et l’un des plus beaux garçons de l’école, depuis l’enfance mais celui-ci ne semble pas la remarquer. Le jour où sa meilleure amie, Rita, decide d’écrire une déclaration d’amour à Ambrose, Fern se propose de le faire à sa place et s’ensuivra par la suite une correspondance entre les deux jeunes. Mais Fern ne se rend pas compte que ça pourrait lui porter préjudice…Ambrose découvre la supercherie et quitte Rita, en plus de detester Fern pour ce qu’elle a fait. Peu de temps après, les événements du 11 septembre 2001 ont lieu et Ambrose decide de tout quitter pour entrer dans l’armée. Il demande à ses amis de l’accompagner au camp. L’irréparable surviendra durant leur année de service et Ambrose reviendra défiguré et brisé par cette exprérience…

Fern est le personnage type du stéréotype de la fille mièvre qui croit au grand amour et qui aime lire des romances guimauve. Elle est d’une naïveté qui frôle parfois la stupidité et c’est bien dommage. C’est un personnage qui tombe vraiment dans le cliché de la jeune fille romantique qui ne pense pas être à la hauteur de l’être aimé. Ambrose, quant à lui, est le stéréotype du jeune homme bien dans sa peau et un peu prétentieux…du moins au début. A son retour d’Irak, il semble avoir perdu sa confiance en lui et ne veut voir personne. Il se sent moche (il est défiguré) et ne se sent pas à la hauteur de Fern qui fait tout son possible pour le faire sortir de son antre.

On fait aussi la rencontre de Bailey, mon personnage préféré, le cousin de Fern qui a la myopathie de Duchenne et se déplace donc en fauteuil roulant. C’est un personnage qui mange la vie à pleine dents même si sa capacité de mouvement est très réduite. Il à la langue bien pendue ; et a une sensiblerie et une manière de voir les chose bien  à lui. C’est le personnage qui m’a le plus émue et auquel je pense le plus quand on me parle de Nos faces cachées. Les autres personnages qui ont une place très importante dans le livres sont bien sûr Jesse, Beans, Grant et Paul, les quatres meilleurs amis d’Ambrose dont on entend beaucoup parlé mais qu’on ne voit que très peu.

Le livre se déoupe en trois périodes : 1994, 2001 et 2003. En 1994, on peut voir les souvenirs d’enfances que les trois enfants (Fern, Bailey et Ambrose) ont partagé. En 2001, ont lieu les événements du 11 septembre mais aussi les diverses histoires entre les personnages. En 2003, Ambrose revient d’Irak et Fern fait tout ce qui est en son pouvoir pour lui redonner goût à la vie. On ne le découvre que plus tard mais chaque titre de chapitre contient  les choses que Bailey tient à fait avant de mourir. En effet, quand il a su pour sa maladie à ses 10 ans, il s’est mis en tête de faire une liste de chose à faire avant de mourir. Certaines choses sont faisables mais d’autres ne le sont pas (par exemple, combattre un lion). J’ai uniquement un point négatif à soulever : le style d’écriture que j’ai trouvé un peu trop enfantin et qui m’a parfois freinée dans ma lecture.


En conclusion, c’est un très beau livre sur le courage et le patrotisme mais aussi sur la beauté, l’amour ; et tout simplement la vie ! Malgré les deux point négatifs soulevés, je conseille de le lire absolument !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire